TITRE LE FANTAMINAL

 

 

Chers abonnés, chers lecteurs,

Voici un peu plus de deux ans, Natacha, la mère de ma fille, mourait dans l'indifférence que notre société accorde aux marginaux, aux fous et aux poètes.

Natacha était une artiste. Elle rendait visible l'invisible grâce aux mots, au chant et à la danse. Ce troisième numéro du Fantaminal lui est dédié.